Ces jobs qui cartonnent en startup : le Community Manager (2/2)

Claire Le Pennec a accepté de répondre à nos questions. Titulaire d’une Licence professionnelle en Animation de Réseaux et de Communautés, ainsi que d’une Licence en Langues Etrangères Appliquées, elle travaille actuellement en startup. Pour la suivre sur Twitter c’est @God_Schizo

 

1) Que penses-tu de l’essor considérable de ton métier, en terme de reconnaissance ?

J’ai le sentiment qu’on entend encore beaucoup de « ah en fait tu passes ta journée sur Facebook et Twitter ». C’est un peu plus compliqué que ça. Il faut définir une véritable stratégie éditoriale sur ces réseaux (et bien d’autres), en mesurer la performance, faire une veille continue sur son secteur et les évolutions des technos, etc. Selon le type d’entreprise pour laquelle on travaille, le Community Manager peut être seulement un animateur de réseau, comme il peut être au cœur de la stratégie marketing générale, ou bien toucher au SEO, au développement… et parfois dans plusieurs langues. Mais l’essor des nouvelles technologies, des réseaux sociaux, ainsi que la mobilité, va sans doute finir par redorer cette image de geek qui nous colle à la peau !

 

2) Ce job est généralement proposé à des stagiaires, c’est également ton cas, trouves-tu cela pertinent ?

Lorsqu’il s’agit d’une startup ou d’une association, ça ne me choque pas, c’est seulement une question de moyens et cela permet aux étudiants de forger leur expérience. En revanche, les grosses PME ou entreprises qui pensent que leur stratégie social media sera assurée entièrement par un stagiaire n’ont simplement pas saisi l’impact que cela peut avoir sur leur image et se positionnent sans doute sur les réseaux sociaux pour de mauvaises raisons (exemple type : tout le monde y est, nous aussi). Ils n’en mesurent pas les conséquences.

 

3) Qu’est-ce qui fait selon toi, que le Community Management est désormais une nécessité pour être visible, voir existant sur la toile ?

On parle forcément de vous sur la Toile. On y laisse forcément des traces, même involontairement. C’est pourquoi il est important de ne pas subir, et de travailler son e-reputation. Si l’on ne contrôle jamais son image, on peut au moins en avoir une vision plus juste et ajuster sa stratégie de communication en conséquence. De plus, le Community Management permet d’être en lien direct avec ses clients et de renforcer la proximité. Or, une communauté d’utilisateurs choyée parlera sans doute mieux de vous que si elle est laissée l’abandon.

 

4) Penses-tu qu’il s’agisse d’une discipline vouée à perdurer dans le temps ou plutôt d’une vague éphémère sur laquelle il faut surfer maintenant ?

Comme le dit justement Fred Cavazza, le Community Management est plus une fonction qu’un métier. En effet, les compétences du Community Manager doivent être transversales, et il doit se former en permanence car les outils évoluent très vite. C’est parce qu’elle est une fonction qu’elle perdurera dans le temps. Le Community Manager saura s’adapter aux mutations de son secteur car cette capacité d’adaptation est au cœur de son quotidien.

 

5) Quelques conseils pour aider les candidats à préparer leur entretien ?

Comme pour n’importe quel entretien : bien se renseigner sur la structure dans laquelle on postule, pourquoi pas ramener un portofolio… Mais aussi avoir déjà réfléchi à l’orientation qui nous semble pertinente pour l’entreprise, afin de déjà lui donner des pistes, de montrer sa détermination, son professionnalisme et sa compréhension des enjeux.

 

A bientôt pour une nouvelle fiche de poste, et surtout, restez connectés !